Etude exclusive IFOP pour Pexip

Perçue comme un outil facilitateur des interactions professionnelles, la visioconférence séduit plus facilement les jeunes collaborateurs et les CSP+

Logo IFOP 

Au cours du mois d’avril 2021, Pexip a fait réaliser par l’IFOP France une double- étude pour évaluer la perception et l’utilisation de la visioconférence par les entreprises françaises et dans le secteur public.  Parmi les points abordés, la fréquence d’utilisation, la perception qualitative et les avantages retirés, les aspects techniques et les usages. Conclusion : Les salariés français dans le secteur privé ou public plébiscitent cet outil tant pour son usage professionnel qu’en tant que moyen d’accéder à des services aux citoyens.

Paris, le 27 mai 2021 - Pexip, le fournisseur européen de solutions de visioconférence et de collaboration pour les entreprises, a souhaité faire le point sur l’utilisation de la visioconférence, après une année d’utilisation « fortement recommandée » en raison de la crise sanitaire et l’incitation au télétravail. Un échantillon de plus de 1 000 personnes représentatives de la population et un autre de 501 fonctionnaires a ainsi été sondé du 25 mars au 4 avril 2021.

 

Une fréquence d’utilisation « surprenante »

 

De façon générale, 31% des personnes interrogées indiquent qu’elles ont utilisé au moins une fois un outil de visioconférence dans les 7 derniers jours. Sur la même période, 40% des personnels de la fonction publique déclaraient avoir utilisé la visioconférence, dont 28% à plusieurs reprises. Même si ces résultats sont à nuancer car n’oublions pas que le recours à ce mode de fonctionnement n’est entré que récemment dans les pratiques courantes des Français, on peut s’étonner du fait que 60% à 69% des sondés ne soient finalement pas dans cette « surdose » dont certains parlent.

videoconferencing work from home
 

 Lorsque l’on découpe ces chiffres globaux en groupes, on remarque une forte disparité́ dans la fréquence d’utilisation de l’outil. En effet, on remarque une plus grande  adoption de la part des plus jeunes salariés par rapport à leurs aînés : 40% des jeunes 18-24 ans ont ainsi utilisé la visioconférence au cours des sept derniers jours contre 26% des 50-64 ans. Au niveau des catégories socio-professionnelles, les cadres utilisent également beaucoup plus régulièrement la visioconférence que  les autres catégories (80% des cadres l’ont utilisée au cours de la semaine écoulée, contre 11% des ouvriers/employés peu qualifiés). La raison majeure de cette dernière disparité s’explique par le fait de la très forte proportion de recours au télétravail sur l’année écoulée. 

 

La visioconférence reconnue comme très utile

Les personnes interrogées plébiscitent très largement l’utilité de la visioconférence en mettant en avant qu’elle permet d’assurer la continuité́ d’activité́ en temps de crise (89%) et qu’elle offre une meilleure organisation individuelle grâce au développement du télétravail (72%). Préoccupation de continuité d’activité partagées par le secteur public à 86%.

 

« L’usage et l’adoption de la communication à distance à quasiment progressé plus vite en 1 an, qu’au cours des 10 années précédentes. Désormais, les salariés comme les employeurs publics ou privés, placent les solutions de visioconférence dans leurs principales priorités en matière d’investissements technologiques. Après le rush de l’an dernier, il est en effet nécessaire de pérenniser et d’intégrer la vidéo dans les infrastructures et les processus métier avec le confort d’usage et la sécurité nécessaires » commente Fabrice Emonnet, Directeur de Pexip pour la France.

 iStock-1090774914-min

 

D’un point de vue plus concret et détaillé́, l’usage de la visioconférence dans les réunions et les communications entre les équipes est systématiquement reconnue, mais dans une moindre mesure : 68% des interviewés pensent que la visioconférence facilite la communication à l’intérieur d’un même service mais également entres des entités différentes, et 67% qu’elle permet d’être plus efficace et moins long en réunion. Si ce taux d’adhésion reste élevé́, il apparait moindre que pour les items généralistes et révèle peut-être les premières limites de l’outil : la perte du contact humain.

 

Enfin, on pourrait penser qu’un clivage dans la population semble exister : ils sont 49% à souhaiter voir la télémédecine se développer plus et 47% à souhaiter le développement de l’enseignement à distance. Ces chiffres paraissent assez bas en termes de taux d’adhésion mais ils doivent être vus à l’aune de la pandémie mondiale qui a rendu ces usages quotidiens alors qu’il y a seulement 2 ou 3 ans la télémédecine n’aurait représenté qu’un petit 20% au maximum, et l’enseignement à distance en visio n’aurait certainement pas fait partie des usages majeurs.

 

La sécurité, enjeu majeur de tous les utilisateurs

 

Si l’utilisation de la visioconférence pose la question du contact humain, l’étude démontre une véritable préoccupation des personnes interrogées pour ce qui concerne les modalités techniques d’utilisation.

 

Ainsi, malgré́ une utilisation de plus en plus fréquente et une réelle utilité reconnue, la sécurité́ présente un enjeu fort pour les personnes interrogées - 94% insistent sur son importance, notamment sous l’angle de la protection des données personnelles. Préoccupation partagée par le secteur public à 91%

 

Au nombre des caractéristiques techniques les plus importants pour les personnes interrogées, la question de la simplicité́ de l’usage (87% des répondants) arrive en 2ème position. Cette attente est d’autant plus importante chez les personnes âgées de 65 ans et plus (67%).

Dans le secteur public, ils sont également 87% à insister sur la simplicité d’usage.

 FRA Secteur Public Web

 

Enfin, les résultats ont souligné l’importance de la souveraineté numérique puisqu’ils sont 71% à considérer comme important que les connexions Visio soient assurées par un opérateur européen. Toutefois, ce point révèle un clivage générationnel très net : 19% des moins de 35 ans jugent ce point très important, contre 46% des 65 ans et plus.

69% des collaborateurs du public partagent cette volonté de souveraineté.

 

« La sécurité des données et la situation géographique de l’opérateur est devenu un enjeux majeur, en particulier dans des secteurs sensibles comment la Banque, l’industrie, la santé ou les administration publiques » . Précise Fabrice Emmonet

 

La visioconférence dans les services publics, une question de disponibilité

 

Pour ce qui concerne l’intégration accrue de la visioconférence dans les services publics, l’opinion semble plutôt favorable mais plus nuancée.

 

On notera que sur une semaine de travail classique, sans vacances ni fériée, 40% des collaborateurs de la fonction publique ont utilisé la visio au moins une fois contre seulement 31% des Français. Peut-être un signe que la visio est plus utilisée dans le secteur public mais surtout une volonté de modernisation au bénéfice de l’organisation et des administrés.

 

En effet, les personnes interrogées attendent de l’utilisation de la visioconférence dans les services publics qu’elle leur facilite les interactions avec les services de l’État. Pour aller plus loin, 84% des personnes interrogées souhaiteraient que l’utilisation de la visioconférence augmente afin de garantir la continuité́ des services publics sur l’ensemble du territoire. Ils sont même 81% à plébisciter l’outil pour la prise de rendez-vous administratifs sans avoir à se déplacer.

 shutterstock_1763113577-3

 

A contrario, le développement de la télémédecine et de l’enseignement à distance semble faire apparaître, une fois de plus, un écart entre les sondés du secteur public (respectivement 49% et 47% des personnes souhaitent un recours accru à la visioconférence). Alors que les moins de 35 ans sont 51% à souhaiter l’utilisation de la visioconférence pour développer la télémédecine et les téléconsultations, ce chiffre passe à 41% pour les plus de 65 ans.

 

« Nous constatons une volonté croissante d’utiliser la vidéo pour créer de nouveaux services à destination des citoyens. Favorisée par les exemples de la téléconsultation médicale ou bancaire, l’idée fait son chemin pour apporter du conseil et du service public directement dans les foyers des français, en particulier dans les territoires plus isolés ». Commente Grégory Gestin, Responsable Secteur Public chez Pexip France.

 

Il est toujours difficile de tirer des conclusions d’un instantané comme ces deux études mais il apparait clairement que les salariés français, dans le secteur privé ou public partagent une même vision pratique et voient les mêmes freins à la visio-collaboration.

Sondage - Signature IFOP

 

L’intégralité des deux études est disponible sur demande.

Contacts Presse pour Pexip France: BS Communication: bruno@bs-communication.com ou GAGparis@gmail.com

 

Pour découvrir les solutions Pexip, rendez-vous sur www.pexip.fr

 

Pour parler de votre projet de visioconférence avec nos spécialistes, cliquez sur le bouton ci-dessous:

Contactez un conseiller Pexip

1000x123 1c